Préparer sa retraite : l’article 83 est-ce vraiment une bonne idée ?

Bonjour à tous, je tiens à vous partager une petite réflexion sur un sujet qui nous concerne tous la retraite, pas spirituelle non la retraite après avoir travailler toute sa vie enfin pour ceux qui ont du travail…

Bref à partir de 62 ou 67 ans disons.

Pourquoi se sujet sur la retraite ?

Est-ce une de mes préoccupations à l’heure actuelle ? non pas vraiment à vrai dire même si j’y pense. Mais alors pourquoi cet article ?

Tout simplement car j’ai reçu un courrier adressé (donc que j’ai ouvert) sur un contrat article 83 pour préparer sa retraite. Ce courrier fait suite à un contrat d’entreprise avec abondement à l’époque. La société gestionnaire, dont je tairais le nom car pas besoin de faire de la pub gratuite, même si à la fin de l’article vous verrez que cela ne leur fera pas forcément de la pub !

Donc dans ce courrier il me propose de ne plus attendre pour préparer ma retraite ! Attention urgence, création du sentiment de peur, ok identifié qu’on-t-il à me vendre ? Est-ce intéressant pour moi ?

Analysons un peu l’offre pour sublimer ma retraite

Alors  ils accentuent un peu la peur du manque et de la précarité avec des chiffres à l’appui :

  •  un cadre moyen de 40 ans souhaitant partir à la retraite à 67 ans aura 52% de son dernier salaire brut
  • un employé de 40 ans souhaitant partir à la retraite à 67 ans aura 57% de son dernier salaire brut
retraite complémentaire

retraite complémentaire article 83

Bon ok on divise nos salaires (heu revenus) par 2 à la retraite c’est compris.

Avant d’aller plus loin, qui à envie de partir à la retraite à 67 ans ? Sans déconner…le marché du travail nos dit qu’à partir de 50-55ans on ne veut plus de vous car trop vieux ça fait tout de même plus d’une dizaine d’années à galérer en fin de carrière, en espérant que la santé ne s’emmêle pas ! Bref, parenthèse refermée.

Mais d’un autre coté, à la retraite les frais diminuent, moins de déplacement (pour le travail), moins de frais vestimentaires (fini le costard cravate et les habits pour se donner une image, un genre un statut social !), moins de frais de bouche, on mange chez soi à midi, moins de frais les enfants son grands et autonome, enfin j’espère pour eux et on peu envisager de diminuer la taille de son logement, à quoi sert vos 2 ou 3 chambres supplémentaires inoccupées 97 % du temps ? Bon ça occupe pour le ménage mais je suis sur qu’à la retraite vous trouverez d’autres occupations…à méditer.

C’est quoi l’article 83 pour les retraites ?

Bon c’est quoi cet article 83 pour la retraite ? C’est une solution de retraite complémentaire organisée par l’état à l’aide des partenaires bancaires évidemment. Le but vous inciter à cotiser sur des retraites complémentaires grâce à un avantage fiscal.

Bien petite pause de nouveau, pourquoi l’état diminue ses entrée d’argent (impôts) pour que je cotise à une retraite complémentaire privée  ?

Ai-je besoin d’expliquer ? Enfin mon interprétation… Je vous invite à toujours avoir cette réflexion pourquoi cela est-il en place, que recherche-t-il derrière ce dispositif, cet action ? Cela permet de mettre en perspectives les choses et ne moins suivre ou subir les choses comme un mouton ou sortir de la « rat race » pour ceux qui on lu « père riche / père pauvre« , cliquez sur le lien pour en savoir plus.

L’état va avoir de plus en plus de mal à payer les retraites donc incites les citoyens à s’occuper de leur retraite en dehors du système qui prend l’eau ! Et ils met les moyen en face.

Ok mais est-ce intéressant réellement ?

Le contrat « Article 83 » est mis en place par l’entreprise. Il permet aux salariés assurés de recevoir un complément de revenu à la retraite sous forme d’une rente viagère, dont le montant sera garanti à vie. Les sommes versées sur le compte de l’assuré sont indisponibles jusqu’à son départ en retraite.

Lorsque l’entreprise abonde sur vos cotisation et prend en charge une bonne partie des frais c’est intéressant (à étudier au cas par cas), dans mon cas il s’agit de :

Lors de son départ de l’entreprise, le salarié conserve son épargne. Il peut continuer à effectuer des versements volontaires, sous certaines conditions, mais le versement des cotisations obligatoires cesse.

Donc nous sommes dans le cas de versements volontaires dans le cadre de l’article 83 pour les retraites complémentaires.

des avantages fiscaux : les cotisations obligatoires financées par l’entreprise et les versements volontaires sont déductibles du revenu imposable, dans la limite des plafonds prévus dans la règlementation,

en cas de décès, avant la retraite, l’épargne versée est exonérée de droits de succession (pour le moment en 2013), quid de la fiscalité dans 20 ans ? Il suffit de regarder ce qui se passe sur l’assurance vie…malgré un contrat et des condition, on change les règles en cours de jeu…Donc attention dès qu’il y a de forte sommes en présence (assurance vie aujourd’hui, demain retraites complémentaires), il est très tentant pour l’état de taxer ces sommes car c’est une sources de revenue facilement exploitable à défaut de maîtriser son budget 😉

A noter également, si vous disparaissez avant votre conjoint (ce qui est statistiquement le cas pour les hommes) pendant votre retraite, la rente de réversion prévoit le versement d’une rente au conjoint (et ex conjoint non remarié). Donc si vous divorcez le remariage vous fera perdre cette rente de réversion.

Calcul de l’intérêt de versements volontaires sur contrat article 83

Alors attention, la on va envoyer des chiffres !

J’ai bien sur utilisé un tableur excel pour réaliser ces calculs. Je reprend donc l’exemple de la brochure, puisque c’est cela qui est censé me faire souscrire :

Aurélia, 42 ans met en place un versement volontaire programmé mensuel de 100 € pendant 20 ans, soit 1200 €/an. Jusque la on est d’accord mais bon la retraire à 62 ans c’est surement pas pour quelqu’un de 42 ans…

Elle constituera ainsi une épargne retraite de 36 788 € (hypothèse du taux de capitalisation net annuel de 3% et d’un départ à la retraite à 62 ans (fais-moi rêver). Bon avec excel je retrouve un poil moins 33211 € mais bon admettons, c’est des banquiers, ils calculent surement mieux que moi avec un rapide tableau excel, la différente vient peut être du versement mensuel alors que j’ai calculé pour simplifier des versement annuels.

Grâce à l’avantage fiscal (en prenant une hypothèse d’un taux marginal d’imposition de 30% soit des revenus imposables dans la tranche  de 26 421 € à 70 830 € pour 2012), son effort réel d’épargne sera de 840 € par an après économie d’impôt. Ok admettons.

Lors de son départ à la retraite, cette épargne retraite constituée lui permettra de bénéficier d’une rente viagère de 1348 €/an, qui viendra compléter sa retraite issue des régimes obligatoires.

ok nous avons les chiffres. Je vais donc comparer cette situation avec la placement de la même somme annuelle sur une assurance vie (sans frais de dépôt) avec un taux de rendement de 3% et voir ce que l’on obtient dans ce cas.

somme versée au final moins économie d’impôt 840€/ans = 16800 € sur 20 ans

La différence entre 1200 € et 840 € soit 360 € est bien versée (sortie d’argent) mais compensé par les économies d’impôts 7200 € sur 20 ans.

Il faut bien noté qu’une fois à la retraire le capital est perdu seul la rente de 1348€ annuelle subsiste.

Afin de simplifier le calcul, je vais placer 840 € par an sur une assurance vie en euro au taux de 3% sans frais d’entrée et voir ce que cela donne dans 20 ans.

Au bout de 20 ans j’ai donc 23248 € de placés sur mon assurance vie (capital disponible immédiatement en cas de besoin ce qui n’est pas le cas de la retraite complémentaire ou le capital est perdu au profit d’une rente viagère). J’ai fait une première simulation avec 1200 € annuel en assurance vie et en complémentaire retraite j’intégrais les 360 €/an d’économie d’impôt sur assurance vie afin de comparer, dans ce cas je serait à 33211 € en assurance vie et 9963 € en assurance vie additionnelle aux versements en retraite complémentaire, ce qui revient donc au même, la différence faisant bien 23248 €.

Le but désormais est de définir combien de temps vont me durer ces 23248 € en retirant une somme de 1348 € annuel équivalente à la rente de la retraite complémentaire à versement équivalent.

Soit un peu plus de 17 ans = 62+17 = 79 ans.

Bien sur le capital restant continuant à produire des intérêts annuels au taux de 3%. Avec ces intérêts, au bout de 23 ans il me reste un capital de 823 € et 9317 € à 17 ans.

62+23 = 85 ans

Donc la retraite complémentaire n’est valable financièrement que si votre espérance de vie dépasse les 85 ans (dans cette simulation) et si jamais vous décédez avant, genre 79 ans pour donner un chiffre le placement en assurance vie permettra de transmettre un capital de 9317 € contre rien pour la retraite complémentaire.

Rappelons que l’espérance de vie en France à 84,8 ans pour les femmes et à 78,2 ans pour les hommes (source insee).

Donc pour les hommes ils ne seront jamais gagnant à réaliser des versement volontaires sur une complémentaire retraite dans le cadre de l’article 83 et les femmes, non plus !

Dans cet exemple bien sur, sachant que les personnes partant à la retraite à 62 ans dans 20 ans et plus seront de plus en plus rare et il faudra plutôt tabler sur 67 ans et plus, diminuant donc encore de 5 ans le versement de rente et le risque de décès prématuré.

Alors sans abondement de l’entreprise, les systèmes de retraite complémentaire ne sont pas valables ni pour les hommes (qui vont perdre 40% de leur investissement 9317 €/23248 € placés en leur donnant 79 ans d’espérance de vie soit 9 mois de plus)  ni pour les femmes (qui perdent 3.5% de leur investissement 823 €/23248 € placés en leur donnant une espérance de vie à 85 ans soit 3 mois de plus).

Bon on n’est pas à l’abri d’avoir une espérance de vie plus longue (même si aux états unis elle diminue notamment du à l’obésité et que l’Europe et la France suivent ces courbes d’obésité, vive la malbouffe et le soda)

Si on reprend les chiffres de l’insee : Depuis 1994, les gains moyens d’espérance de vie sont de trois mois par an pour les hommes et deux mois par an pour les femmes.

donc dans 40 ans = 10 ans pour les homme et 6.6 ans pour les femmes sur un calcul brut mais l’insee nous donne un chiffre plus précis : En 2060, l’espérance de vie à la naissance des hommes augmenterait de 8,2 ans, contre 6,6 ans pour celle des femmes. (bon c’est trop tard pour nous car il faudrait naitre dans 47 ans…). Donc pour les hommes 78.2+8.2 = 86.4 ans et les femmes 84.8+6.6 = 91.2 ans.

Concernant notre femme de 42 ans, l’insee donne une espérance de vie en 2011 d’une personne de 40 ans de 39.7 ans pour un homme et 45.7 ans pour une femme, nous sommes en 2013, la femme avait donc 40 ans en 2011 soit une espérance de vie de 79.7 ans pour un homme et 85.7 ans pour une femme. On retombe sur les chiffres de l’espérance de vie à 1 an près soit 8210 € de perte pour un homme (35% de perte) et on arriverait à l’équilibre pour une femme, donc les 2 cas serait équivalent.

bien sur j’ai simplifié en estimant que les prélèvements sur les rentes de complémentaire (impôts) seraient identique à ceux issus de l’assurance vie.

Conclusion sur les versement de retraite complémentaire dans le cadre de l’article 83

Si la rente de réversion est totale sur le conjoint cela peut rester valable, les système étant identique en fin de vie pour une femme.

On le voit, l’espérance de vie de l’homme n’est pas à son avantage pour ce type de dispositif sauf à être marié afin d’en faire bénéficier son conjoint (encore faut-il du détail sur la rente de réversion en rente au conjoint soit identique : les contrat ne sont pas très indicatif la dessus : la rente est attribuée tout ou partie au conjoint survivant. Le pourcentage de la rente varie en fonction des options choisies à la signature du contrat).

Pour ma part je préfère disposer de mon capital (transmissible) comme bon me semble plutôt que d’utiliser ce système sauf en cas d’abondement de l’entreprise. J’opterais donc plus sur un versement sur assurance vie, plus souple et me correspondant plus. Encore faut-il souscrire à une contrat et programmer des versements réguliers !

Comme d’habitude, la carotte fiscale n’est pas toujours une bonne chose pour vous, refaites vos calculs !

En conclusion, si vous êtes imposé au taux marginal de plus de 30 % (41% et 45% revenus imposables de plus de 70 831 €) allez y ça devrait le faire, à 30% (comme dans cette simulation) à vous de voir, moi je ne prend pas, pour une femme c’est équivalent, en dessous abstenez vous, vous serez systématiquement perdant vis à vis de l’autre option proposée !

J’ai réalisé il y a quelques années une simulation identique dans le cadre du Perco j’avais les même conclusions.

Et vous qu’en pensez vous ? Que feriez vous ? Cet article vous a éclairé ? Merci pour vos commentaires et partager cet article sur les réseau sociaux, ça pourra surement intéresser vos connaissances !

 

 

Ce contenu a été publié dans argent, retraite, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *